Archives de
Catégorie : Biomédical

Formations en ligne maintenant disponibles

Formations en ligne maintenant disponibles

Le Centre de formation en matières dangereuses offre maintenant des formations en ligne par le biais de notre partenaire Formation-enligne.ca.  Au cours des prochains mois, plusieurs formations en ligne seront mises en place dont:

  • Système d’information sur le matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT-2015) 
  • Transport de matières biologiques (Bio-109):
  • Expédition de matières biologiques (Bio-101) terrestre:
  • Expédition de matières biologiques (Bio-105)  aérien:
  • Transport de marchandises dangereuses – camionneurs: disponible mai 2019
  • Transport de marchandises dangereuses – manutentionnaires: disponible mai 2019
  • Transport de marchandises dangereuses – camions de service (moins de 500 kg) disponible mai 2019

 

Visitez notre site  au www.formation-enligne.ca pour voir les formations en ligne présentement disponibles.

Modifications au RTMD – juin 2017

Modifications au RTMD – juin 2017

Modifications au RTMD publiées en juin 2017

Plusieurs modifications importantes ont été apportées au RTMD en juin 2017.  Certaines de ces modifications au RTMD touchent en particulier

  • les envois de matières biologiques soit:
    • les normes d’emballages du CGSB-43.125 2016 sont maintenant en vigueur (voir notre article)
    • les indications de danger peuvent maintenant demeurer sur les emballages de matières infectieuses même si le contenant est vide.
  • La liste des normes a été changer afin de permettre l’utilisation des normes les plus récentes par renvoi automatique.
  • Des modifications pour les piles au lithium dont la nouvelle étiquette
  • La liste des marchandises dangereuses (Annexe 1) a fait l’objet de plusieurs ajouts particulièrement pour les dispositions particulières (Annexe 2).

Attention, en date de 22 juillet 2017, certaines parties du RTMD disponibles sur le site Internet de Transports Canada n’avait pas encore été mis à jour complètement malgré l’annonce de Transports Canada à ce sujet (notamment les annexes).

Nos publications seront bientôt prêtes afin d’aider notre clientèle à mieux se conformer à ces modifications au RTMD.  Nous acceptons présentement des commandes de pré-production de notre liste des marchandises dangereuses.  Nous appliquerons un rabais de 25%  pour toutes les commandes reçues par courriel avant le 17 août 2017.

Vous pouvez consulter la liste complète des modification en suivant ce lien.

 

Bernard Parker
Spécialiste TMD

Emballages pour matières infectieuses

Emballages pour matières infectieuses

Emballages pour matières infectieuses

Importantes modifications à la norme pour les emballages pour matières infectieuses CAN/CGSB-43.125-2016 par rapport à la norme CGSB-43.125-1999formation-tmd-matieres-infectieuses-montreal

L’Office des normes générales du Canada a mis à jour la norme pour les emballages pour matières infectieuses CAN/CGSB-43.125. Depuis la dernière révision de cette norme il y a 17 ans, pas moins de 9 éditions des Recommandations relatives au transport des marchandises dangereuses – Règlement type (Règlement type des Nations Unies) ont été publiées. La norme emballages pour matières infectieuses CAN/CGSB-43.125-99 reposait sur la 10e édition tandis que la norme CAN/CGSB-43.125-2016 repose quant à elle sur l’édition la plus récente du Règlement type des Nations Unies (19e édition).

Le présent document résume les modifications les plus importantes apportées à la norme qui sont applicables aux fabricants d’emballages pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B. Cependant, le document n’aborde pas toutes les modifications apportées à la norme.

Il vous appartient en tant que fabricant d’emballages pour matières infectieuses de type P620 (anciennement de type 1A) et/ou de type P650 (anciennement de type 1B) ou en tant qu’utilisateur d’emballages pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B ou déchets biomédicaux de lire et de comprendre les sections de la norme applicables à votre situation pour vous assurer de connaître tous les changements.

Fabricants d’emballage pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B

Utilisateurs d’emballage pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B et de déchets biomédicaux

Fabricants d’emballage pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B

Actualisation de la terminologie

La terminologie employée dans la norme emballages pour matières infectieuses CAN/CGSB-43.125 a changé. Dans l’édition de 2016,

  • « emballage de type 1A » a été remplacé par « emballage de type P620 », qui renvoie à l’instruction d’emballage P620 du Règlement type des Nations Unies,
  • « emballage de type 1B » a été remplacé par « emballage de type P650 », qui renvoie à l’instruction d’emballage P650 du Règlement type des Nations Unies;
  • « emballage de type 1C » a été supprimé de la nouvelle norme.

Un emballage de type 1A ne sert pas seulement au transport de matières infectieuses de catégorie A comme la terminologie le suggère. Il peut également servir au transport de matières infectieuses de catégorie B et au transport de déchets biomédicaux.

De même, un emballage de type 1B peut servir au transport de matières infectieuses de catégorie B, mais aussi au transport de matières infectieuses de catégorie A sous une autre forme qu’une culture ou des matières qui ne rencontrent pas les critères du paragraphe 2.36 (3) du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses ainsi qu’au transport de déchets biomédicaux.

Enfin, un contenant de Type 1C est le terme le moins intuitif étant donné qu’il n’y a pas de matières infectieuses de catégorie C. Ce contenant peut servir au transport des matières infectieuses de catégorie A (si elles ne rencontrent pas les critères du paragraphe 2.36 (3) du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses) et des matières infectieuses de catégorie B destinées à être éliminées ainsi que des déchets biomédicaux.

Emballages pour matières infectieuses de type P620

Aucune modification majeure n’a été apportée aux exigences s’appliquant aux emballages de type P620 (anciennement les emballages de type 1A) dans l’édition de 2016 par rapport à l’édition de 1999. Seules quelques modifications ont été requises afin d’harmoniser la nouvelle édition avec le Règlement type des Nations Unies.

Le changement le plus notable concernant les emballages de type P620 réside dans la manière dont ils sont inscrits auprès de Transports Canada.

Inscription (section 10)

La manière dont Transports Canada délivre les inscriptions des emballages de type P620 changera à l’avenir. Désormais, quand une nouvelle inscription est délivrée ou qu’une inscription existante est renouvelée :

  • Le certificat sera délivré à l’installation de fabrication sous le numéro 42-XXX.
  • Le certificat énumérera toutes les conceptions inscrites du fabricant dans une annexe. Aucun changement ne sera apporté aux indications de conformité (marquage UN) puisque les numéros d’inscription des conceptions ne changeront pas (8-XXX).
  • Les nouveaux certificats seront valides pour une période de 5 ans plutôt que la période actuelle de 3 ans.

Toutes les inscriptions actuelles demeurent valides jusqu’à leur expiration.

Cela simplifiera les processus d’inscription des emballages pour matières infectieuses et de tenue des dossiers puisque toutes les conceptions détenues par un fabricant se retrouveront dans le même certificat d’inscription et auront la même date d’expiration. Une seule demande de renouvellement devra être envoyée et un seul certificat d’inscription devra être consigné.

Emballages de type P650

Indication de conformité (section 5.2)emballages-matières-infectieuses-1

L’indication de conformité « TC-125-1B » a été remplacée par « UN3373 » que l’on trouve dans l’instruction d’emballage P650 du Règlement type des Nations Unies afin de l’harmoniser avec les règlements de transport internationaux applicables. La marque UN3373 est considérée comme une marque hybride étant donné qu’elle est déjà utilisée comme indication de marchandise dangereuse dans le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses. En conséquence, une nouvelle disposition sera ajoutée au Règlement sur le transport des marchandises dangereuses pour autoriser l’apposition de l’indication de  marchandise dangereuse, UN3373, sur un contenant vide étant donné que l’indication servira également d’indication conformité aux termes de la nouvelle norme.

Essais (section 7 et tableau 2B)

Exigences de rendement

La norme CAN/CGSB-43.125-99 ne contient pas d’exigences de rendement pour les emballages pour matières infectieuses de type 1B (maintenant de type P650), car elles figurent actuellement dans le Règlement sur le transport des marchandises dangereuses (essai de pression interne de 95 kPa et essai de chute d’une hauteur de 1,2 mètre). Les exigences figurant à l’article 5.16.1 du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses seront abrogées, car elles sont désormais incluses dans l’édition 2016 de la norme.

Dispense de l’essai de pression interne pour le transport routier

Selon l’édition de 1999, quel que soit le mode de transport, le récipient primaire ou l’emballage secondaire doit pouvoir résister à une pression d’air interne ou à une pression différentielle d’au moins 95 kPa. Cette exigence se trouve également dans le Règlement type des Nations Unies. Toutefois, un examen de la réglementation américaine (49CFR – article 173.199) révèle que les emballages des matières infectieuses de catégorie B transportées par la route ne sont pas tenues de respecter l’exigence d’essai de pression interne de 95 kPa figurant dans le Règlement type des Nations Unies.

L’exigence d’un essai de pression interne de 95 kPa ne semble pas être une exigence raisonnable pour le transport terrestre étant donné qu’il y a un changement minime de la pression interne dans le transport terrestre par rapport au transport aérien. Étant donné qu’un certain nombre d’expéditions transfrontalières de spécimens de laboratoire a lieu, la compatibilité entre les systèmes réglementaires des États-Unis et du Canada paraît souhaitable afin de minimiser la confusion entre les laboratoires lorsqu’on coordonne des envois. Alors, l’exigence qui se trouve dans l’édition 2016 de la norme CAN/CGSB-43.146 représente une déviation par rapport au Règlement type des Nations Unies et n’exige pas un essai de pression interne de 95 kPa pour les emballages destinés au transport terrestre.

Utilisateurs d’emballages pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B et de déchets biomédicaux

Nous vous recommandons de lire les sections de la norme applicables à votre situation pour vous assurer de connaître tous les changements.

Actualisation de la terminologie

  •  « emballage de type 1A » a été remplacé par « emballage de type P620 », qui renvoie à l’instruction d’emballage P620 du Règlement type des Nations Unies,
  • « emballage de type 1B » a été remplacé par « emballage de type P650 », qui renvoie à l’instruction d’emballage P650 du Règlement type des Nations Unies,
  • « emballage de type 1C » a été supprimé de la nouvelle norme.

Un emballage de type 1A ne sert pas seulement au transport de matières infectieuses de catégorie A comme la terminologie le suggère. Il peut également servir au transport de matières infectieuses de catégorie B et au transport de déchets biomédicaux.

De même, un emballage de type 1B peut servir au transport de matières infectieuses de catégorie B, mais aussi au transport de matières infectieuses de catégorie A sous une autre forme qu’une culture ou des matières qui ne rencontrent pas les critères du paragraphe 2.36 (3) du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses ainsi qu’au transport de déchets biomédicaux.

Enfin, un contenant de Type 1C est le terme le moins intuitif étant donné qu’il n’y a pas de matières infectieuses de catégorie C. Ce contenant peut servir au transport des matières infectieuses de catégorie A (si elles ne rencontrent pas les critères du paragraphe 2.36 (3) du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses) et des matières infectieuses de catégorie B destinées à être éliminées ainsi que des déchets biomédicaux.

Introduction d’exigences de sélection et d’utilisation

Les exigences de sélection et d’utilisation d’emballages pour les matières infectieuses et les déchets biomédicaux ont été déplacées de l’article 5.16 du Règlement sur le transport des marchandises dangereuses à l’édition de 2016 de la norme CAN/CGSB-43.125.

Les exigences de sélection et d’utilisation sont désormais abordées dans deux nouvelles parties que l’on trouve dans l’édition de 2016 de la norme CAN/CSGB-43.125 :

  • la partie II traitera de la sélection et de l’utilisation d’emballages pour matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B;
  • la partie III traitera de la sélection et de l’utilisation d’emballages pour le transport de matières infectieuses de catégorie A et de catégorie B destinées à être éliminées et de déchets biomédicaux.

Élargir la sélection des contenants destinés aux déchets

La sélection de contenants pour les déchets sera harmonisée avec le Règlement type des Nations Unies et elle permettra l’utilisation de grands emballages qui répondent aux exigences du chapitre 6.6 du Règlement type des Nations Unies. Toutefois, les contenants non conformes à une spécification autorisés dans l’édition de 1999 continueront d’être autorisés dans l’édition de 2016.

Article gracieuseté de Transports Canada

Conférences web – expédition de matières biologiques

Conférences web – expédition de matières biologiques

Conférence web – expédition de matières biologiques

Informez-vous sur la prochaine date de formation (sept 2017) ou réservez une formation privé en conférence web 1-855-246-8330

L’expédition et le transport de matières biologiques sont règlementés par le RTMD (Règlement sur le transport des marchandises dangereuses). Les échantillons de diagnostic, les spécimens biologiques non-infectés ou non (prises de sang, d’urine, etc.) ainsi que la glace sèche sont tous des exemples de ces produits.   Une formation TMD matières infbiologiques est obligatoire selon la loi..

Vous désirez une formation TMD matières biologiques adaptée à votre réalité, sans perte de temps ?formation-TMD- matieres-infectieuses-biologiques-laval2
Participez à une de nos formations sur le transport des matières biologiques.  Vous serez conquis par la facilité et la convivialité de notre cours TMD-BIO et surtout, de son efficacité. Vous retournerez à vos activités principales plus rapidement et mieux informé.
.

guuide-tmb-bio-formation-laval-montrea-web

Et ces lourds textes de lois dispendieux et inutiles….?

Notre cours TMD matières biologiques est fondé sur notre guide qui remplace ces fastidieux volumes qui ne font qu’accumuler de la poussière et qui coûtent une fortune.  De plus, il est gratuit avec chaque cours, facile d’utilisation et en français.

.

.

.Vous n’avez pas de temps à perdre à vous déplacer ?conference-bio-web-formation-tmd-laval-300x200

Une conférence Web (OUI avec une personne ressource vivante !) rend le tout facile et sans perte de temps! Vous avez la possibilité de poser toutes les questions que vous voulez et obtenir les réponses immédiatement.

.

.

.INSCRIVEZ-VOUS MAINTENANT les places s’envolent rapidement..Communiquez avec notre coordonnatrice à la formation formation@brpconsultants.com

Visitez notre site dédié aux matières biologiques: www.matières-infectieuses.com

 .

Sommaire du cours matières biologiques (2.5 heures)

Cette formation TMD matières biologiques comprend le transport aérien et terrestre selon les toutes dernières exigences du RTMD et comprend les sujets suivants:

  • La loi et les divers règlements sur le transport des marchandises dangereuses;
  • Les responsabilités des expéditeurs;
  • La classification des matières biologiques (cat. A et B, spécimens exemptés);
  • Les exigences pour les emballages (Types 1A, 1B et 1C et exemptés);
  • Le marquage et l’étiquetage des colis de matières biologiques;
  • Les documents de transport;
  • Les plaques requises pour les véhicules;
  • Les exigences supplémentaires (divergences) des pays et transporteurs (particulièrement pour le Canada et les USA);
  • Les exemptions (spécimens non infectés);
  • Les rapports en cas de fuites

 

PAIEMENT : des frais de réservation au montant  de 115$ plus taxes sont exigés à l’inscription (250$ pour une formation privé en conférence web pour une personne).  Nous acceptons les paiements par carte de crédit seulement (VISA ou MASTERCARD).

INSCRIPTION : Pour vous inscrire, veuillez communiquer avec Brigitte Bertrand au 450 665-9893.

* Les frais de réservation doivent être acquittés lors de l’inscription et sont non remboursables, à moins d’annulation de la part du Centre de formation en matières dangereuses.

Équipement requis pour la formation TMD matières infectieuses :

Ordinateur avec microphone et haut-parleurs (VoIP) – l’utilisation d’un casque est recommandée si vous partagez un bureau avec plusieurs personnes. Voici les instructions pour faire un test de connexion :
1. Joignez à la session de test via https://www3.gotomeeting.com/join/406552062.
2. Si vous souhaitez vous connecter depuis un ordinateur, vous devrez peut-être télécharger le fichier Citrix Online Launcher pour Windows ou Mac pour lancer GoToMeeting .
3. Si vous apercevez une boîte de dialogue « En attente d’un organisateur » (Waiting for Organizer), vous avez rejoint la session de test avec succès. Vous serez en mesure de rejoindre des sessions GoToMeeting, GoToWebinar ou GoToTraining à partir de cet ordinateur. Fermer la boîte de dialogue « En attente d’un organisateur » pour quitter la session de test.

Classification du E.Coli

Classification du E.Coli

Grâce à la collaboration d’un de nos clients, nous avons obtenu de l’information additionnelle au sujet de la classification des échantillons de EColi. Voici la réponse reçue de Santé Canada.
19 février 2015 15:25 E.COLI-matieres-infectieuses-formation-tmd-montreal

Ce courriel a pour but de confirmer l’essence de notre conversation téléphonique plus tôt aujourd’hui au sujet du transport terrestre local de microorganismes pathogènes, en l’occurrence E. coli à des fins diagnostiques à savoir si la culture en question est productrice de vérotoxine.

À l’appendice 3 de la partie 2 – Classification, le guide d’affectation des catégories où Escherichia coli producteur de vérotoxine (ETEC) est classé dans la catégorie A tandis que Escherichia coli, Escherichia coli entéroévasif (EIEC) et Escherichia coli entéropathogène (ETEC) sont classés sous la catégorie B.
Selon l’interprétation relative au règlement sur le TMD, les cultures d’E. coli envoyées à des fins diagnostiques et qui ne seraient pas encore confirmées comme productrices de vérotoxines se classeraient sous la catégorie B comme par exemple E. coli . Si ces cultures sont confirmées comme productrices de vérotoxine par le laboratoire récepteur, ces cultures seraient classées alors sous la catégorie A pour leur transport et devront se conformer en conséquence au règlement de TMD si ce laboratoire veut les envoyer ailleurs ou vous les retourner.

André Jean, BSc., Microbiology / Microbiologie
Health Canada / Santé Canada
andre.jean@hc-sc.gc.ca

Transport de matières infectieuses – nouvelle interprétation Juin 2013

Transport de matières infectieuses – nouvelle interprétation Juin 2013

Transports Canada vient de publier, en mai 2013, un document sur le transport des matières infectieuses.  Ce document contient des informations qui changent de façon importante une interprétation obtenue par nos services techniques en novembre 2010, sur la classification des matières infectieuses.

matieres-infectieuses3En effet, en 2010 Santé Canada et Transports Canada nous informaient par écrit que toute expédition, même de routine, qui avait pour but de déceler une infection (ex.: dépistage de VIH) devait être classifiée UN3373 Matière Biologique, Catégorie B. 

Hors, selon la nouvelle publication de Transports Canada et un courriel reçu de Santé Canada, si un spécimen est prélevé dans le cadre de tests de dépistage de routine, il peut maintenant être manutentionné et/ou transporté en tant que « spécimen humain exempté » ou « spécimen animal exempté » aux termes de l’article 1.42, même dans le cas d’essai s’appliquant à une matière infectieuseCeci représente un volte-face majeur dans la politique de Santé-Canada.

Ainsi, un employeur pourrait vouloir procéder à un test de dépistage pour tout nouvel employé en vue de déceler toute maladie infectieuse. Dans ce cas, vous pouvez expédier le spécimen en tant que « spécimen humain exempté » si le professionnel de la santé n’a aucune raison de croire que la personne a été en contact avec une matière infectieuse.

Cette raison de croire est fondée sur des informations comme les antécédents médicaux, conditions locales endémiques, symptômes et/ou particularité de la source.   Par contre, toute expédition qui a pour but de confirmer une première analyse ou lorsqu’il y a une raison de croire que le spécimen est infecté, vous devez utiliser la classification appropriée au risque (soit cat. A ou cat. B.) selon le cas.

 Si vous désirez plus de renseignements, n’hésitez pas à communiquer avec le Centre de formation en matières dangereuses en appelant au 450 665-9893 ou par courriel à info@brpconsultants.com

Bernard R. Parker
Spécialiste en règlementation

Bulletin de TC

 

Nouvelle étiquette IATA

Nouvelle étiquette IATA

Nouvelle étiquette IATA pour le contrôle de température et le temps de transit.

 Depuis le 1er juillet 2012, une nouvelle étiquette sera dorénavant obligatoire pour indiqué les températures de contrôle et de temps de transit des produits destinés aux soins de santé.

 En anglais cette étiquette est connu sous le nom “Time and Temperature Sensitive  label » et devient obligatoire afin d’assurer la livraison ponctuelle des colis pour les soins de santé qui exigent un temps de transit ainsi qu’une température contrôlée durant le transport.  Sans cette étiquette, le transporteur ne peut garantir la livraison ponctuelle de vos colis sensibles à ces éléments.

 La partie inférieure de l’étiquette doit être complété par l’expéditeur et doit indiquer les températures prescrites (en degré Celsius).

 La fonction de l’étiquette est de supporter les informations requises sur la lettre de transport aérien (LTA ou air waybill).  Dans le cas où aucune température n’est indiquée, celle sur la LTA sera utilisée.

 De plus, un numéro de téléphone 24 heures ainsi que le nom d’une personne responsable devra être fourni lors de la réservation de votre transport afin de communiquer en cas de délais lors de la livraison qui aurait un résultant significatif pour la viabilité des matières expédiées.

 

Bernard Parker
spécialiste en règlementation
www.brpconsultants.com
bparker@brpconsultants.com

 

Responsabilité – classification matières infectieuses

Responsabilité – classification matières infectieuses

La responsabilité concernant la classification des matières infectieuses de classe 6.2 :

 Le scénario et réponse suivant provient du Bulletin de nouvelles TMD, Vol. 26, No. 2, automne 2006 de Transports Canada et modifié pour prendre en considération les changements apportés en 2008.

Scénario : Un médecin d’un hôpital au Canada traite un patient infecté par le virus de l’hépatite B.  Après avoir prélevé du sang du patient, le médecin envoie l’échantillon au laboratoire de l’hôpital, où il sera emballé puis expédié à l’autre bout de la ville, dans un laboratoire qui effectuera les tests diagnostiques. Le médecin n’indique pas sur l’échantillon de sang qu’il s’agit de « matières infectieuses UN3373 » parce qu’il croit qu’il ne faut pas divulguer les renseignements personnels sur la santé du patient.

Question : En agissant de la sorte, ce médecin a-t-il omis de se conformer au Règlement sur le transport des marchandises dangereuses (TMD)?

Réponse : Oui. Le médecin du scénario savait que le patient était infecté par le virus de l’hépatite B. Il devait donc indiquer sur l’échantillon qu’il s’agissait de « matières infectieuses, Classe 6.2,  conformément à la partie 2 du Règlement. De cette façon, le personnel du laboratoire aurait pu manutentionner l’échantillon et faire la demande de transport conformément au Règlement sur le TMD. Le processus comprend la préparation d’un document d’expédition de marchandises dangereuses, la sélection d’un contenant adéquat et l’apposition d’indications de danger – marchandises dangereuses sur les contenants. Il n’est pas nécessaire d’indiquer le nom du patient ou ses renseignements personnels pour envoyer des matières infectieuses.

 NDLR:  Transports et Santé Canada avaient statué, lors de la rédaction de cet article en 2012,  que tout envoi de matières biologiques dans le but de faire un déspitage (même de routine) d’une infection (ex: VIH, hépatite) ne doivent PAS être expédié en tant que « spécimen exempté »  mais bien UN3373 (voir notre article à ce sujet).  Cette interprétation a été changé en 2013.  Les dépistage de routine doivent être expédiés comme spécimen exempté à moins d’avoir raison de croire que ce dernier est infecté.

Envoi de matières biologiques

Envoi de matières biologiques

L’envoi et le transport des matières biologiques et infectieuses

 Dans le cadre du respect du Règlement sur le Transport des marchandises dangereuses (RTMD), l’expédition des matières biologiques doit se faire dans le respect de normes précises reconnues par les différentes autorités (FAA, IATA, DoT, Transports Canada et Transport Québec).  Les sanctions prévues par la loi sont sévères et visent non seulement l’expéditeur mais également le transporteur dont les infirmières itinérantes (de 275$ à 5 000$ et de 2 à 9 points d’inaptitude au permis de conduire). 

On voit là l’importance de la formation du personnel agissant au sein du réseau de la santé et des services sociaux, lequel comprend entre autres les hôpitaux, les CLSC ainsi que les cliniques privées. Entre autres, les infirmières doivent recevoir une formation adéquate et régulière sur le RTMD. 

Selon la réglementation, tout transport, et ce, quelle que soit la voie empruntée (route, air, rails, maritime), doit respecter les normes de sécurité, lorsqu’il est question d’échantillons biologiques même non-infectés.  Ces derniers se définissent comme des prélèvements (infectés ou non) de sources animales ou humaines et même la glace sèche.  La réglementation touche tous les intervenants inclus dans le processus, qu’il s’agisse du transporteur, du préleveur ou du manutentionnaire, par exemple.

La formation sur le TMD représente donc un enjeu majeur pour tous les intervenants du milieu de la santé, pour ses bénéficiaires et pour tous ses acteurs complémentaires particulièrement depuis les dernières modifications au RTMD qui impose des responsabilités supplémentaires à toutes personnes qui remet une marchandise dangereuse à un transporteur (même s’il n’est pas son employé).

C’est dans une visée d’uniformité et de respect des législations que le Centre de formation en matières dangereuses offre des programmes efficaces et ciblés sur l’expédition et le transport de ces marchandises dangereuses.  Malgré son contenu sérieux, la formation en transport de matières infectieuses proposée par le Centre de formation en matières dangereuses se fait en toute convivialité, étant fondée sur les préoccupations principales du milieu de travail de la santé ce qui évite les pertes de temps et rend l’expérience plus enrichissante.

Ce dynamisme ne diminue toutefois en rien la qualité du bien livré, puisque tous les aspects touchés par la réglementation sont approfondis. Parmi ceux-ci, on compte l’expédition, la manipulation et le transport

Le Centre de formation en matières dangereuses offre un éventail de formations dédiées aux différents acteurs du milieu de la santé et des services sociaux. Ces formations spécialisées se concentrent sur les aspects clefs du RTMD et est bonifiée par l’ajout de notre guide sur l’expédition de produits biologiques.

Pour de plus amples renseignements, nous vous invite à consulter notre site internet dédié à l’expédition de matières infectieuses (www.matieres-infectieuses.com) où vous retrouverez des informations et articles dédiés à l’expédition d’échantillons biologiques et des interprétations légales sur le transport des matières infectieuses.

_______________________________________________________________
Le Centre de formation en matières dangereuses (CFMD) est spécialisé en formation sur la manutention et le transport de marchandises dangereuses et en santé et sécurité au travail.  Notre mission est d’aider les entreprises à augmenter leur productivité et à améliorer la sécurité des travailleurs en dispensant des formations spécialisées le transport des matières biologiques . Nous sommes reconnus comme les spécialistes dans ce domaine.

N’hésitez pas à communiquer avec nous pour plus d’informations au 450-665-9893 ou par courriel à info@brpconsultants.com